Un excédent extérieur est-il toujours un signe de compétitivité ?

Christian Chavagneux
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

Un excédent extérieur peut signifier qu'un pays exporte beaucoup grâce à des produits compétitifs. Mais cela peut traduire aussi un faible niveau de sa demande intérieure, ce qui fragilise son économie.

Les entreprises capables de produire des biens et des services moins chers que leurs concurrentes séduisent plus de clients.
C'est vrai à l'intérieur de leur pays, ce qui diminue le recours aux importations, et à l'extérieur, ce qui permet de développer les exportations.
Un excédent des échanges extérieurs est donc bien le signe que les entreprises sont compétitives.
La démonstration est juste, mais partielle.
La compétitivité des biens et des services se décompose en deux.
La compétitivité-coût (*) , comme son nom l'indique, mesure le niveau et l'évolution des coûts salariaux (les salaires versés plus les cotisations sociales).
Si l'on doit payer un salarié plus cher que les concurrents du pays voisin, le prix du produit sera a priori plus élevé.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Un excédent extérieur est-il toujours un signe de compétitivité ? ( n°375 )