Une espérance de vie très inégalement distribuée

Xavier Molénat
Alternatives Economiques n° 377 - mars 2018

Treize années d'espérance de vie séparent les 5 % d'hommes les plus pauvres des 5 % les plus aisés.

Certes, on le savait déjà : pour vivre longtemps, mieux vaut être riche et bien portant.
Mais les derniers chiffres de l'Insee nous rappellent à quel point les écarts de longévité selon le niveau de vie (*) sont béants.
Treize années d'espérance de vie séparent les 5 % d'hommes les plus pauvres (niveau de vie moyen de 470 euros par mois) des 5 % les plus aisés (5 800 euros mensuels).
Un écart réduit à huit ans chez les femmes.
L'effet du niveau de vie n'est pas linéaire : il est très fort en bas de l'échelle des revenus et s'amoindrit nettement aux alentours de 2 300 euros de niveau de vie (voir graphique).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Une espérance de vie très inégalement distribuée ( n°377 )